vendredi 5 mars 2010

"I'm not a war criminal" said Radovan Karadzic, by Anne Humphreys

Interview exceptional Radovan Karadzic reproduced in No. 135 of the journal Balkan-Info, review re-information essential for understanding the issues shameful trial Karadzic. First, the journalist Jean Visconti takes us back in the context of the times:

"I returned to Bosnia May 27, 1996, after an adventurous journey along a road impassable, including our driver feared it may lead us in the Gorazde corridor, as operated in this area often armed groups of Muslims. Precisely this morning, had been found, Milici, the tortured remains of three Serbs. IFOR U.S. had arrested ten Muslims found carrying weapons in violation of agreements, not far from where the killings . The men had been recovered, according to custom, the Milicija Pale. The Serbs, after having checked and filed, had been forced to release them because there was no clear evidence that they were the perpetrators. Further examination has taught them that the ten members of an Islamic terrorist group called "last" (swallows), and eight of them were among the "disappeared in the mass graves of Srebrenica" the lists of the International Red Cross filed the Military Court of Zvornik. (note the Observatory: and we see how false deaths have been added to inflate the installation of "genocide" in Srebrenica)

I arrived in Pale on 11 to 30 pm at night. Radovan Karadzic was waiting in the new chair located in the city. It was the first time I walked into this place. A white palace, simple. Karadzic's office was large, modestly furnished. For walls: the eagles with flags and symbols and icons Orthodox. Over the years, these objects had gradually increased over the first time I met him and where his office was totally private. This could mean a return to religion and mysticism, or merely a concession to reason of state. The President looked tired mentally. He must have lost twenty pounds. He was dressed in beige and seemed even greater than before. Now he was officially a war criminal prosecuted. Throughout our conversation, his tone ranged from fatigue, pain and disillusionment. "Read the interview with Karadzic

JTMV: After the Dayton agreement, how do you consider the current situation?

KARADZIC : The situation is not good, because Muslims do not adopt a clear stance against the peace. Their leaders continue to declare publicly that they take the whole of Bosnia. The fight is not over. Along the border between their territories and that of the Republic of Srpska, Muslims try to enter our small town to terrorize the population. They do this for fear and discomfort to grow from. Somebody must stop them. It's written in the Koran: "No peace!"

Q. : The NATO forces did not intervene to protect yourself?

R. : No. There are some who want that tension persists in this region. I predict the presence of NATO for a very long time. We are the victims of this kind of political game. The war in Former Yugoslavia life has not broken out against the will of the international community, but by his will. This is very serious for us. Anyway, I can say that for four to five years of war, the generals of the United Nations arrived here with a heavy bias against us, but after a month they were aware of who was and did what in this war. Many of them were replaced because they had acquired too much information and become sympathetic to our cause.

Q. : Do you think there is a connection between what happens here and what is happening in Israel?

R. : There are always links. I understand what is happening in Israel today. I do not justify the bombing of civilians in Lebanon, but any UN General can tell us what has been done by Muslims in Sarajevo, including General Rose, but still very cautious and pro-Croat Federation Muslim who has publicly responded to someone complaining that the Serbs fired on the town: "Why, gentlemen, you put your artillery near civilian targets, are you sure to provoke Serb retaliation, and move you, then you stand? " It's a habit of Muslims in Sarajevo to their guns on trucks, and to draw from. When we have victims, we must respond. At that time, they move the trucks with their batteries, and call the TV crews to show what was done by the wicked Serbs. This also happens in southern Lebanon with Hezbollah. Same policy, same stuff, even logical, even moral.

Q. : According to you, they are also present in Bosnia-Herzegovina?

R. : They are here. Hundreds.

Q. : The area of Banja Luka is under the wing of the British commander of NATO. There, in the region, a Muslim area should also be under his control and yet is controlled by the United States. Do we know why all the Muslim areas are held by the United States? As they performed a special plan?

R. : I do not understand Americans. They behave in a totally irrational. The U.S. has ruined their own interests in Europe and the Balkans, not so much because of this war by their support for Germany and Iran in Bosnia, which helps, like it or not, undermines the Europe. Locus minoris resistentiae. They have caused damage in chronic arming the Muslim army and supporting the Muslim community here. Very soon, Germany will take power, and Americans will realize they have lost good friends, the Serbs, their allies in two world wars. Currently, Russia is doing peace with China. Very soon, Germany will establish excellent relations with Russia.

Q. : According to the territorial logic, the city of Tuzla have also been protected by the English. What do Americans in Tuzla?

R. : I do not think they are still working for peace in this region. They prevent us from controlling the passage of terrorists. We nevertheless managed to capture a few. There is no doubt about their membership because they were recognized. They prevent us from controlling goods in transit, to explore the introduction of weapons. This does not mean that we would not apply strict controls.

We must also pay attention to the "mad cows" and there is a real danger that may be introduced into our herd. No one has permission to transport goods without paying a grant to Muslims. We therefore can do the same. The international community and NATO troops prevent us protect ourselves. They behave like an occupation force. We seek to develop in our people a sense of collaboration and friendly towards those young soldiers who are not responsible for such a policy, but it is increasingly difficult.

They also prevent my policy to do its normal work. Our finances are suffering. I fear an increase in terrorism, an increase of disease, because we can not control what enters our territory. Now, Muslims are demanding the right to visit cemeteries in our area. This claim is unusual because it is not part of Islamic tradition to visit cemeteries. It's just another way to create tension. They are doing their military maneuvers, and I do not think it presage anything good. They apply, in fact, the policy of increasing pressure.

Q. : Do you expect further problems from the Muslims?

R. : Every day. They try to break into our villages to arrest people.

Q. : How can they stop people from another nation?

R. : With the protection of IFOR simply by using what is called "freedom of time." In Dayton, it is expected that only ten people have the right to use this clause. There are five thousand Muslims or demobilized soldiers who try to create and that create incidents.

Q. : Where do you expect that they operate in this way?

R. : In Prijedor, Doboj, Tuzla, Brcko. They have tried in many small towns. We know everything. We have people among us Muslims. They will never be inclined to peace!

Q. : From what you say, it seems that the situation has not stabilized.

R. : I think NATO is here for very long. Under the House with the Muslim-Croat Federation, the Assembly has approved in any way the installation of NATO, except for a temporary period, except along the lines of demarcation.

Now they want to move their headquarters from Gornji Vakuf to Banja Luka, which is a university town. Foreign soldiers in a city of this kind, among the young, is inconceivable. We indicated that it was against our will. If they come, the Serbs will do nothing against them naturally, but it will cause a serious annoyance. They are actually an occupation force. If it were an English contingent and not NATO, maybe would consider us differently because we have great esteem for Great Britain is a European country, but this is NATO.

Q. : Laure Adler, the French journalist, in his book "The year of farewells," which refers to the last year of President Mitterrand, reported on page 162 a review of the President, where it supports: "(...) Muslims are trying to internationalize the conflict, but unfortunately we're not in 1914 and we do not offer them Archduke (...)", and speaks of a phone call he received Secretary General of the United Nations in August 1995, during which Boutros Boutros Ghali has said that the shells on the market street Markala 1 was a provocation of Muslims.

R. : Yes, and they are silent. All! Today, everyone can see that the Serbian part of Sarajevo is in the belt areas. I can show you the ethnic map of the city. Our "attack" consisted of a simple protection of Serb suburbs of Sarajevo.

Q. : Today, perhaps it is better that there are more Serbs around Sarajevo. They have used every excuse to try to cross your lines, if you had stayed where you were.

R. : You're right. But the Serbs of Sarajevo have paid a high price. I must say that initially I was very tempted to keep them in neighborhoods that were theirs and avoid fifty miles more refugees, but as you see, I respect the desire of my people, I does not abandon my people. You can not persuade them to fight unless they are in great peril, and at the same time, nobody can dissuade them from fighting and persuade them to stay up there or force them to leave. People simply know these things instinctively. I'm not a magician nor a dictator, I have democratic institutions, public opinion, radio and independent newspapers, a Parliament. I can not do what my people do not want me to do. They do not want to remain under Muslim domination. You saw what happened in Krajina? You'll see what happens in Eastern Slavonia. Even if it does not risk war, Serb population abandon. Nobody can say that Mr. Milosevic from the shoot. It is the defeat of the Serbian nation, especially after what happened in Krajina and Western Slavonia.

Q. : Do you know what happens in Kosovo these days?

R. : I do not have sufficient information. I was told, however, that eight Serbs were killed, and we carry out arrests in various cities.

Q. : People are living a little better now, and seem to forget the war, but we feel concerned by news of the deaths in Kosovo. And he runs the rumors that sanctions are not lifted, but instead maintained, because we asked Slobodan Milosevic to surrender war criminals.

R. : Mr. Milosevic can not deliver us, because we are not Yugoslav citizens. They can only condition Mr. Milosevic for Kosovo. Under communism, many Serbs left the region, the Albanians have illegally infiltrated by thousands, and they have occupied Kosovo. Today, they claim rights based on ethnic dominance. The fact that they are a majority in Kosovo is absolutely artificial. The war is a kind of bomb, which can be fired at any time. Anyone interested in destabilizing the Balkans and Europe will start in Kosovo.

Q. : How do you explain that the international community promotes a certain way, President Tudjman and President Izetbegovic, who lead the two governments of the extreme right, instead of being with you, who are the president of a republic governed by a democratic party?

R. : People, the U.S. State Department, trying to destroy the foreign policy of their country, as if working on behalf of Germany. I do not understand, although I know that many U.S. officials have different views and argue bitterly over the meetings of the Security Council. We have enemies in the U.S. State Department.

Q. : What will happen, you think in the near future?

R. : (A sigh) I think we are approaching the years when a world war is possible.

Q. : What could be causing the outbreak?

R. : The Western powers will try to keep the situation as is, without a solution, in case they need an excuse for a world war. The World War is producing business, like any local war. After the Second World War a large increase in financial mass occurred. I believe that the U.S., which are the major power, are now releasing the substance for the shadow pursuing Russia and China. And I think someone is busy destroying America itself, inside the State Department. The Western world is in danger. There will be a serious crisis. I have the feeling of belonging to Europe, and I am very concerned in this regard. Germany will attempt to rule Europe, and will be brutal as always. We soon realize that Europe is not without Germany and its satellites Germanic. I am not Germanophobe. Much of our technology is German and I am ready to let in our country their companies, although I prefer the American, British or Italian. Let me show you some of our letters of intent. Germany leads Europe, but I do not know what will America. It would provide leadership in Asia, but also be present in Europe and keep the continent on. This is not the best policy.

England, sadly, has become a nation of second rank. It would please me that Italy takes place. The Italians have never been hostile in general. They have become increasingly one of these countries average power, and find ways with others to oppose what is shaping up. I think it must be established balance of forces, or all is lost. At the end, there will necessarily, but all depend on what other powers will become. Will there a European ally of China? Russia and Germany will they common cause? Or is it Germany alone to govern Europe and will benefit? Today, the Balkans, we are witnessing a passing of power between Germany and Turkey, trying to be the determining forces. These are dangerous alliances, because Germany has always wanted to be present in the Middle East. The direct route to the oil patch has always been thought through the Balkans. It's our destiny to be on the way from Germany to the Middle East. The Danube is the great problem of Serbia. If it was not on Serbian territory, we'd all be safe. Germany has dug a series of canals that go to the Danube. It needs the river and the Middle East, and it seeks to achieve its ends by any means, including corruption. If it should succeed, the United States would be offside in the region. I would love to see an independent European policy, but I am afraid that this is a Germanic Europe.

Q. : Have you ever tried to open a dialogue with the German government?

R. : Some of my ministers, who studied in Germany and love literature and German philosophy, have tried several times but without promising results. Germany will never be our friend, if he must choose between us and the Croats and Muslims.

During the two world wars of this century, Croats and Muslims were Germanophiles, not pro-American.

Q. : What is your relationship with Russia?

R. : We have excellent relationships with cultural institutions and with some Russian officials, but Russia will not engage us.

Q. : If Boris Yeltsin won the election, do you think things would be better for you?

R. : I do not know (chuckle). I want someone to tell me that I must support. Russia does not help us in the Congress of Berlin in 1878. Even less after the Russo-Japanese War of 1905. This means it can not do when she has serious problems. Our German and Croat enemies are in a better position. For the first time, the Croatian Nazis had more allies than we do. We Serbs, not my party or my compatriots, but the Serbs in general have been accused of being a Bolshevik country, a communist country, a nationalistic, labels have danced continually. The truth is that we were on the way from Germany to the east, we protected Europe from Islam, as in the Middle Ages, and that we protect the country from east of the Germany. It's our destiny to find ourselves in a difficult geopolitical position. Another thing that contributes to our woes is probably our membership in the Christian Orthodox Church. The major problem of the Serbs, in addition to geopolitical problems, consists of our national characteristic of always refuse the patronage of other powers. In the First World War, the Bulgarians have changed their allies to pursue peace, and also, incidentally, in the Second World War, although they were as we Orthodox Christians. They have an element of character that helped. The Serbs can not bear to submit to the domination of a "boss". We are worse off today because we are surrounded by historic enemies, the Croats and Muslims, who have stained their hands against us all possible atrocities. Let this be clear: what is happening today is the continuation of the First and Second World War, and the causes are the same.

Q. : Do you think there is a risk of fundamentalism?

R. : Each State Muslim fundamentalism risk. It's in the nature of Islam. This is the only religion that encourages its followers to kill other infidels. In your opinion, what can we expect?

Q. : An important question. How do you feel in the role of a war criminal?

R. R. : Ah! I waited your question. I am not a war criminal. I know I've done what I should do. The accusation, according to strong evidence has been brought to please the Muslims and to prevent discovery of their atrocities. I do not accept this qualification! If war criminals are those who have committed a crime against peace, it is the political powers that have promoted this war. At the beginning of the conflict, for forty-five days, we, Serbs, had not even formed an army, but military secret Muslim, it already existed, with its Green Berets. The Croatian army was operating normally in Bosnia, killing people and throwing his victims in mass graves in Bosanski Brod and Kupres. The Yugoslav army was protecting the various parties against any attack. She tried to do a good job. We, the Serbs of Bosnia, have resisted composed of civilians, against troops armed and organized. When, the conflict erupted in 1992, I gave specific instructions on behavior that would take our officers and men. I can provide copies of my news. I formally prohibits actions that any individual group was not under the orders of military commanders or police. I also threatened serious sanctions anyone who would not put in three days under a military authority constituted. All these specific orders never been canceled and is still in force. They constitute, legally valid documents. They have been officially published by the media in the days following their issuance. None of my officers never gave orders that would have allowed to produce crime. This Court Martial held 5,000 people accused of crimes and judgments delivered during the 5000 war. Some Serbs have been sentenced to ten, fifteen years imprisonment for acts committed against Muslims or against other Serbs. All documentation is available and can be examined. During the summer of 1992, we had to recreate ex novo all state structures, and everything legitimately needed, we did our Parliament, in accordance with the laws. Everyone was under control, except for isolated individuals who, on their own will, fought against others, as in the previous conflict, and in memory of what happened during the Second World War. Me and my colleagues in government, are all highly professional and we would never involved in such tragic mistakes and we have likewise recognized and rejected fascism Croats and Muslims. Mr. Izetbegovic, while Se-Second World War, brought the Nazi German uniform. It exists to prove, photos, newspaper articles, and we know he has been convicted by a court to have been part of a group of young Muslims Nazis, Handzar, whose spiritual model was Mufti of Jerusalem, Muhammad Amin al-Husayni. In 1991 he wrote an Islamic declaration, issued in Sarajevo, in which he wished that Islam spread from Indonesia to Europe. We, Serbs, also knew Mr. tudja-man, his badges and his Ustasha same rhetoric of the Second World War. Today, we are protecting democracy Nazi Croatian and Europe of Islamic fundamentalism that hangs from his nose, but we are the "criminals".

Q. : You never thought to denounce those who attack your image before an international court?

R. : (Laughs bitterly). If I had confidence in international institutions, I would present their evidence, but I have no confidence at all. Nobody can believe it. I forbade anyone to defend myself, because this is not a court. The Tribunal argued is an absurd and illegal. I forbade anyone to defend me if I am arrested. I do not present any evidence because I do not recognize. You want to act against my countrymen? You are the strongest, go ahead, but do not ask me to cooperate.

Q. : If the soldiers of UNPROFOR ve-naient knock on your door to arrest you by accusing you of war crimes, how to involve the Republika Srpska?

R. : I am very well protected not only by the military and the police but also by civilians. Anyway, I do not deal with this court, because I do not recognize either politically or legally. It was founded on bases illegal by the Security Council and not by the General Assembly of the United Nations. It would not have been born on a discriminatory principle, but rather deal with crimes of all wars. Crimes of the Nazis and Croats during the Second World War crimes of the Americans in Korea, Vietnam and Cambodia, of all international conflicts of the past fifty years. In this case, I agreed to introduce myself and provide evidence in my defense. (From a firm tone) I do not respect this institution. How lawyers and judges seriously can they sit in this court and ignore the crimes that Croats and Muslims have committed against the Serbs? They are precisely aware of the facts, but they serve the policy dictated by the United States and its allies. They do not deserve respect! You're the first journalist to whom I said that there is clear evidence that I am not a war criminal. I'm not the least intention of defending myself. They went too far. They are careful to investigate who really started the war. I remind you that the Republika Srpska is not the result of our actions. We had offered to be our ethnic unity in Bosnia three weeks before war broke out. On March 18, during the Lisbon conference, we agreed to sign the agreement on a Bosnia made up of three ethnic states. The treaty was accepted by the Muslims, the Croats and Serbs. Shortly thereafter, the Muslims have abandoned the agreement and triggered the war. On the evening of April 4, here in Sarajevo.

Q. : But what will you do specifically, they arrive at your door?

R. : I would say: "I do not come with you. You have to kill me or catch me by treachery. And if you do, you will not have a word with me." One day, someone will be ashamed of that court. This is certainly not the end of history or time, and someone some day recognize the injustice and shame, the insult to the law and western culture by this court established to judge the Serbs, not criminals.

IB No. 135, September 2009.

Interview by JTMarazzani-Visconti

Photos Shone.

Episode key to the war leader of the Muslims of Bosnia, Alija Izetbegovic, was deliberately drawn mortar shells on a market of Muslim civilians in order to blame the Bosnian Serbs, and demonized. This event, taking political and media attention, provide the moral justification for NATO to launch Operation Deliberate Force. Alija Izetbegovic, Islamic and strategist, received the support of François Mitterrand as well as Bernard Henri Levy ... The same process was used by lles terrorists of the KLA during the episode of "massacre" in Racak where the victims a regular fight between Serb forces and the KLA, were disguised as civilians. Thus justify the bombing of Belgrade with phosphorus bombs, killing civilians and putting out 500 000 people ... When is a CFI for judging war crimes of NATO?


"Je ne suis pas un criminel de guerre" me dit Radovan Karadzic, par Anne Humphreys

Interview exceptionelle de Radovan Karadzic reproduite dans le n° 135 de la revue Balkans-Info, revue de réinformation incontournable pour comprendre les enjeux inavouables du procès Karadzic. Premièrement, le journaliste Jean Visconti nous replonge dans le contexte de l'époque :

" Je suis retournée en Bosnie le 27 mai 1996, après un voyage aventureux le long d'une route impraticable, dont notre conducteur craignait qu'elle nous conduise dans le corridor de Gorazde, car dans cette zone opéraient souvent des groupes armés de musulmans. Précisément ce matin-là, on avait retrouvé, à Milici, les restes torturés de trois Serbes. L'IFOR des Etats-Unis avait arrêté dix musulmans, trouvés porteurs d'armes, en violation des accords, non loin du lieu de la tuerie. Les hommes avaient été remis, selon l'usage, à la milicija de Pale. Les Serbes, après les avoir contrôlés et fichés, avaient été obligés de les relâcher, parce qu'il n'existait pas de preuves évidentes qu'ils fussent les auteurs du massacre. Un examen plus approfondi leur a appris que les dix appartenaient à un groupe terroriste musulman appelé "laste" (les hirondelles), et que huit d'entre eux figuraient parmi les "disparus dans les fosses communes de Srebrenica", sur les listes de la Croix Rouge internationale déposées au Tribunal militaire de Zvornik. (note de l'Observatoire : on voit ainsi comment de faux morts ont été ajoutés pour gonfler le montage du « génocide » de Srebrenica)

Je suis arrivée à Pale vers les 11 h 30 du soir. Radovan Karadzic m'attendait dans la nouvelle présidence située en ville. C'était la première fois que j'entrais dans ce lieu. Un palais blanc, simple. Le bureau de Karadzic était vaste, sobrement meublé. Aux murs : les drapeaux aux aigles, ainsi que des symboles et icônes orthodoxes. Au fil des années, ces objets avaient progressivement augmenté par rapport à la première fois où je l'avais rencontré et où son bureau en était totalement privé. Cela pouvait signifier un retour à la religion et au mysticisme, ou simplement une concession à la raison d'Etat. Le Président avait l'air psychologiquement fatigué. Il devait avoir perdu vingt kilos. Il était vêtu de beige clair et paraissait encore plus grand qu'auparavant. Désormais, il était officiellement un criminel de guerre poursuivi. Pendant toute notre conversation , le ton de sa voix a oscillé entre fatigue, désillusion et douleur". Lire l' interview de Karadzic

J.T.M.V. : Après les accords de Dayton, comment considérez-vous la situation actuelle ?

KARADZIC : La situation n'est pas bonne, parce que les musulmans n'adoptent pas une attitude claire par rapport à la paix. Leurs leaders continuent à déclarer publiquement qu'ils prendront la Bosnie toute entière. La lutte n'est pas finie. Le long des frontières entre leur territoire et celui de la République Srpska, les musulmans tentent d'entrer dans nos petites villes pour terroriser les populations. Ils le font pour que la peur et le malaise les poussent à partir. Il faudrait que quelqu'un les arrête. C'est écrit dans le Coran : "Pas de paix !"

Q. : Les forces de l'OTAN n'interviennent pas pour vous protéger ?

R. : Non. Il y en a qui veulent que la tension perdure dans cette région. Je prévois la présence de l'OTAN pendant très longtemps. Nous sommes les victimes de ce genre de jeu politique. La guerre dans l'ex-Yougosla-vie n'a pas éclaté contre la volonté de la communauté internationale, mais par sa volonté. Ceci est très grave pour nous. Quoi qu'il en soit, je peux dire que, pendant les quatre à cinq ans de guerre, les généraux des Nations Unies arrivaient ici avec de lourds préjugés à notre encontre, mais qu'après un mois, ils se rendaient compte de qui était et faisait quoi dans cette guerre. Beaucoup d'entre eux ont été remplacés parce qu'ils avaient acquis trop d'informations et devenaient favorables à notre cause.

Q. : Pensez-vous qu'il y ait un lien entre ce qui se passe ici et les événements qui se déroulent en Israël ?

R. : Il y a toujours des liens. Je comprends ce qui se passe en Israël aujourd'hui. Je ne justifie pas les bombardements de civils au Liban, mais n'importe quel général des Nations Unies peut raconter ce qui nous a été fait par les musulmans à Sarajevo, y compris le général Rose, pourtant toujours très prudent et favorable à la Fédération croato-musulmane qui a répondu publiquement à quelqu'un se plaignant de ce que les Serbes tiraient sur la ville : "Pourquoi, Messieurs, placez-vous votre artillerie à côté d'objectifs civils, faites-vous en sorte de provoquer des représailles Serbes, et déplacez-vous, ensuite, vos positions ?" C'est une habitude des musulmans de Sarajevo de mettre leur artillerie sur des camions, de tirer et de partir. Quand ils nous font des victimes, nous sommes obligés de riposter. A ce moment-là, ils déplacent les camions avec leurs batteries, et appellent les équipes de télévision pour montrer ce qu'ont fait les méchants Serbes. C'est également ce qui se passe dans le sud du Liban avec les Hezbollah. Même politique, mêmes trucs, même logique, même morale.

Q. : D'après vous, ils sont présents aussi en Bosnie-Herzégovine ?

R. : Ils sont ici. Plusieurs centaines.

Q. : La zone de Banja Luka est sous l'aile du commandement britannique de l'OTAN. Il existe, dans la région, une zone musulmane qui devrait être également sous son contrôle et qui, pourtant, est sous contrôle des Etats-Unis. Connaît-on la raison pour laquelle toutes les zones musulmanes sont tenues par les Etats-Unis ? Comme s'ils exécutaient un plan spécial ?

R. : Je ne comprends pas les Américains. Ils se comportent d'une façon totalement irrationnelle. Les USA ont ruiné leurs propres intérêts en Europe et dans les Balkans, pas tant à cause de cette guerre que par leur aide à l'Allemagne et à l'Iran en Bosnie, aide qui, qu'on le veuille ou non, affaiblit l'Europe. Locus minoris resistentiae. Ils ont causé un dommage chronique en armant l'armée musulmane et en soutenant la communauté musulmane ici. Très vite, l'Allemagne prendra le pouvoir, et les Américains se rendront compte qu'ils ont perdu de bons amis, les Serbes, leurs alliés dans deux guerres mondiales. En ce moment, la Russie est en train de faire la paix avec la Chine. Très bientôt, l'Allemagne nouera d'excellentes relations avec la Russie.

Q :. Selon la logique territoriale, la ville de Tuzla aurait également dû être protégée par les Anglais. Que font les Américains à Tuzla ?

R. : Je ne crois pas qu'ils soient en train de travailler à la paix dans cette région. Ils nous empêchent de contrôler le passage de terroristes. Nous avons néanmoins réussi à en capturer quelques-uns. Il n'y a aucun doute sur leur appartenance, parce qu'ils l'ont reconnue. Ils nous empêchent de contrôler les marchandises en transit, pour découvrir l'introduction d'armes. Ceci ne signifie pas que nous n'appliquions pas des contrôles sévères.

Nous devons aussi faire attention aux "vaches folles"; il existe un danger réel qu'il en soit introduit dans nos troupeaux. Personne n'a la permission de transporter des marchandises sans payer un octroi aux musulmans. Nous demandons par conséquent de pouvoir en faire autant. La communauté internationale et les soldats de l'OTAN nous empêchent de nous protéger. Ils se comportent comme une force d'occupation. Nous cherchons à développer chez nos gens, un sentiment amical et de collaboration envers ces jeunes soldats qui ne sont pas responsables d'une telle politique, mais c'est de plus en plus difficile.

Ils empêchent également ma police de faire son travail normal. Nos finances souffrent. Je crains une augmentation du terrorisme, une augmentation des maladies, parce que nous ne pouvons pas contrôler ce qui entre sur notre territoire. A présent, les musulmans réclament le droit de visiter les cimetières dans nos zones. Cette revendication est anormale, parce qu'il ne fait pas partie des traditions islamiques de se rendre dans les cimetières. C'est juste une autre manière de créer de la tension. Ils font faire des manœuvres à leur armée, et je ne crois pas que cela présage quoi que ce soit de bon. Ils appliquent, en fait, la politique de la pression croissante.

Q. : Vous attendez-vous encore à des problèmes de la part des musulmans ?

R. : Chaque jour. Ils essayeront de faire irruption dans nos villages pour y arrêter les gens.

Q. : Comment peuvent-ils arrêter les populations d'une autre nation ?

R. : Avec la protection de l'IFOR tout simplement, en usant de ce qu'on appelle "freedom of moment". Dans les accords de Dayton, il est prévu que seulement dix personnes ont le droit de recourir à cette clause. Il y a cinq mille musulmans ou soldats démobilisés qui cherchent à créer et qui créent des incidents.

Q. : Où vous attendez-vous à ce qu'ils opèrent dans ce sens ?

R. : A Prijedor, Doboj, Tuzla, Brcko. Ils ont essayé dans beaucoup de petites villes. Nous savons tout. Nous avons des gens à nous parmi les musulmans. Ils ne seront jamais enclins à la paix !

Q. : D'après ce que vous me dites, il semblerait que la situation ne se soit pas stabilisée.

R. : Je crois que l'OTAN est ici pour très longtemps. Dans le cadre du Parlement avec la Fédération croato-musulmane, notre Assemblée n'a approuvé en aucune façon l'installation de l'OTAN, sinon pour une période temporaire, excepté le long des lignes de démarcation.

Maintenant, ils veulent déplacer leur quartier général de Gornji Vakuf à Banja Luka, qui est une ville universitaire. Des soldats étrangers, dans une ville de cette espèce, au milieu des jeunes, c'est inconcevable. Nous avons fait savoir que cela allait à l'encontre de notre volonté. S'ils viennent, les Serbes ne feront rien contre eux naturellement, mais cela provoquera un grave mécontentement. Ils sont réellement une force d'occupation. S'il s'agissait d'un contingent anglais et non de l'OTAN, peut-être les considérerions-nous différemment, parce que nous avons de l'estime pour la Grande Bretagne, c'est un pays européen, mais ceci est l'OTAN.

Q. Laure Adler, la journaliste française, dans son livre “L'année des adieux”, qui parle de la dernière année du président Mitterand, rapporte à la page 162 un commentaire du Président, où celui-ci soutient : "(...) les musulmans essayent d'internationaliser le conflit, mais malheureusement, nous ne sommes pas en 1914 et nous n'avons pas un archiduc à leur offrir (...)", et il parle d'un coup de téléphone qu'il a reçu du Secrétaire général de l'ONU, en août 1995, au cours duquel Boutros Boutros Ghali lui a dit que l'obus sur le marché de la rue Markalé1 était une provocation des musulmans.

R. : Oui, et ils se sont tus. Tous ! Aujourd'hui, tout le monde peut voir que la partie serbe de Sarajevo se trouve dans les zones de ceinture. Je peux vous montrer la carte ethnique de la ville. Nos "attaques" consistaient en une simple protection des faubourgs serbes autour de Sarajevo.

Q. : Aujourd'hui, peut-être est-il préférable qu'il n'y ait plus de Serbes autour de Sarajevo. Ils auraient utilisé toutes les excuses pour chercher à traverser vos lignes, si vous étiez restés là où vous étiez.

R. : Vous avez raison. Mais les Serbes de Sarajevo ont payé un prix très élevé. Je dois vous dire qu'initialement, j'ai été très tenté de les faire rester dans les quartiers qui étaient les leurs et d'éviter ainsi cinquante mille nouveaux réfugiés, mais, comme vous voyez, je respecte le désir de mon peuple, je n'abandonne pas mes gens. On ne peut pas les persuader de se battre à moins qu'ils se trouvent en grand péril, et en même temps, personne ne peut les dissuader de se battre et les persuader de rester là-haut ou leur imposer de partir. Les gens simples savent ces choses-là d'instinct. Je ne suis pas un mage, ni un dictateur, j'ai des institutions démocratiques, une opinion publique, une radio et des journaux indépendants, un Parlement. Je ne puis pas faire ce que mes gens ne veulent pas que je fasse. Ils ne veulent pas rester sous la domination musulmane. Vous avez vu ce qui est arrivé en Krajina ? Vous verrez ce qui va arriver en Slavonie orientale. Même si elle ne risque pas de guerre, la population serbe l'abandonnera. Personne ne peut dire que M. Milosevic les pousse à partir. C'est la grande défaite de la nation serbe, en particulier après ce qui est arrivé en Krajina et en Slavonie occidentale.

Q. : Savez-vous ce qui arrive au Kosovo ces jours-ci ?

R. : Je n'ai pas d'informations suffisantes. On m'a dit, cependant, que huit Serbes ont été tués, et qu'on procède à des arrestations dans différentes villes.

Q. : Les gens vivent un peu mieux maintenant, et semblent vouloir oublier la guerre, mais on les sent préoccupés par les nouvelles des morts au Kosovo. Et il court des bruits selon lesquels les sanctions ne seront pas levées, mais au contraire maintenues, parce qu'on a demandé à Slobodan Milosevic de livrer les criminels de guerre.

R. : M. Milosevic ne peut pas nous livrer, parce que nous ne sommes pas des citoyens yougoslaves. Ils peuvent seulement conditionner M. Milosevic pour le Kosovo. Sous le régime communiste, de nombreux Serbes ont quitté la région, les Albanais se sont infiltrés illégalement par milliers, et ils ont occupé le Kosovo. Aujourd'hui, ils réclament des droits sur la base de leur prédominance ethnique. Le fait qu'ils soient une majorité au Kosovo est absolument artificiel. La guerre est une espèce de bombe à retardement, qui peut être mise à feu à tout moment. Quiconque a intérêt à déstabiliser les Balkans et l'Europe commencera par le Kosovo.

Q. : Comment expliquez-vous que la communauté internationale favorise, d'une certaine manière, le président Tudjman et le président Izetbegovic, qui dirigent deux gouvernements d'extrême-droite, au lieu d'être avec vous, qui êtes le président d'une république gouvernée par un parti démocratique ?

R. : Des gens, au Département d'Etat américain, tentent de ruiner la politique étrangère de leur pays, comme s'ils travaillaient pour le compte de l'Allemagne. Je n'y comprends rien, même si je sais que beaucoup de fonctionnaires US ont des vues différentes et discutent âprement pendant les réunions du Conseil de sécurité. Nous avons des ennemis au Département d'Etat américain.

Q. : Que va-t-il arriver, à votre avis, dans un futur proche ?

R. : (un grand soupir) Je crois que nous nous approchons des années au cours desquelles une guerre mondiale est possible.

Q. : Quelle pourrait être la cause du déclenchement ?

R. : Les puissances occidentales essayeront de maintenir la situation telle quelle, sans solution, pour le cas où elles auraient besoin d'une excuse pour une guerre mondiale. La guerre mondiale est productrice d'affaires, comme toute guerre locale. Après la Seconde guerre mondiale, un gros accroissement de la masse financière s'est produit. Je crois que les USA, qui sont la puissance majeure, sont en train de lâcher la proie pour l'ombre en poursuivant la Russie et la Chine. Et je crois que quelqu'un est occupé à ruiner l'Amérique elle-même, à l'intérieur du Département d'Etat. Le monde occidental est en danger. Il y aura une crise grave. J'ai le sentiment d'appartenir à l'Europe, et je suis très préoccupé à cet égard. L'Allemagne tentera de diriger l'Europe, et sera brutale comme toujours. Nous nous apercevrons bien vite que l'Europe n'existe pas sans l'Allemagne et ses satellites germaniques. Je ne suis pas germanophobe. Une grande partie de notre technologie est allemande, et je suis prêt à laisser entrer dans notre pays leurs compagnies, même si je préférerais les américaines, anglaises ou italiennes. Je voudrais vous montrer quelques-unes de nos lettres d'intention. L'Allemagne dirigera l'Europe, mais je ne sais pas ce que fera l'Amérique. Elle voudrait assurer le leadership en Asie, mais aussi être présente en Europe et tenir le continent sous tension. Ce n'est pas la meilleure des politiques.

L'Angleterre, malheureusement, est devenue une nation de second rang. Cela me plairait que l'Italie prenne position. Les Italiens ne nous ont jamais été hostiles, en général. Ils doivent devenir toujours davantage un de ces pays de puissance moyenne, et trouver la manière, avec d'autres, de s'opposer à ce qui s'annonce. Je pense qu'il faut que s'établisse un équilibre des forces, ou tout sera perdu. A la fin, il y en aura forcément un, mais tout dépendra de ce que les autres puissances deviendront. Y aura-t-il une Europe alliée de la Chine ? La Russie et l'Allemagne feront-elles cause commune ? Ou sera-ce l'Allemagne toute seule qui gouvernera l'Europe et en tirera profit ? Aujourd'hui, dans les Balkans, nous assistons à un croisement de pouvoirs entre l'Allemagne et la Turquie, qui tentent d'être les forces déterminantes. Ce sont là des alliances dangereuses, parce que l'Alle-magne a toujours voulu être présente au Moyen-Orient. La route directe vers les champs de pétrole a toujours été pensée à travers les Balkans. C'est notre destin d'être sur le chemin de l'Allemagne vers le Moyen-Orient. Le Danube est le grand problème de la Serbie. S'il ne se trouvait pas sur le territoire serbe, nous serions tous en sécurité. L'Allemagne a creusé une série de canaux qui vont au Danube. Elle a besoin du fleuve et du Moyen Orient, et elle cherche à atteindre ses buts par tous les moyens, y compris la corruption. Si elle devait réussir, les Etats-Unis seraient hors-jeu dans la région. J'aimerais beaucoup voir une politique européenne indépendante, mais je crains fort que ce soit celle d'une Europe germanisée.

Q. : Avez-vous jamais essayé d'ouvrir un dialogue avec le gouvernement allemand ?

R. : Certains de mes ministres, ceux qui ont étudié en Allemagne et aiment la littérature et la philosophie allemande, ont essayé plusieurs fois, mais sans résultats prometteurs. L'Allemagne ne sera jamais notre amie, s'il lui faut choisir entre nous et les Croates et les musulmans.

Pendant les deux guerres mondiales de ce siècle, Croates et musulmans ont été germanophiles, pas américanophiles.

Q. : Quels sont vos rapports avec la Russie ?

R. : Nous avons d'excellentes relations avec les institutions culturelles russes et avec certains fonctionnaires, mais la Russie ne s'engagera pas pour nous.

Q. : Si Boris Eltsine gagnait les élections, croyez-vous que les choses iraient mieux pour vous ?

R. : Je ne sais pas (rire bref). Je voudrais que quelqu'un me dise qui je dois soutenir. La Russie ne nous a pas aidés au Congrès de Berlin, en 1878. Moins encore après la guerre russo-japonaise de 1905. Cela signifie qu'elle ne peut le faire quand elle a des problèmes sérieux. Nos ennemis allemands et croates sont en meilleure position. Pour la première fois, le nazisme croate a eu plus d'alliés que nous. Nous Serbes, non mes compatriotes ou mon parti, mais les Serbes en général, avons été accusés d'être un pays bolchevique, un pays communiste, un pays nationaliste, les étiquettes ont valsé continuellement. La vérité est que nous nous trouvions sur le chemin de l'Allemagne vers l'Est, que nous avons protégé l'Europe de l'Islam, comme au Moyen-Age, et que nous protégeons les pays de l'Est de l'Allemagne. C'est notre destin de nous trouver dans une position géopolitique très difficile. Une autre chose qui contribue à nos malheurs est probablement notre appartenance à l'Eglise chrétienne orthodoxe. Le problème majeur des Serbes, outre le problème géopolitique, est constitué par notre caractéristique nationale de refuser toujours le patronage d'autres puissances. Dans la première guerre mondiale, les Bulgares ont changé d'alliés pour poursuivre la paix, et aussi, d'ailleurs, dans la Seconde guerre mondiale, bien qu'ils fussent comme nous chrétiens-orthodoxes. Ils ont une composante caractérielle qui les a aidés. Les Serbes ne supportent pas de se soumettre à la domination d'un "patron". Nous sommes dans une situation pire aujourd'hui, parce que nous sommes entourés d'ennemis historiques, les Croates et les musulmans, qui se sont souillé les mains à notre égard de toutes les atrocités possibles. Que cela soit clair : ce qui se passe aujourd'hui est la continuation de la Première et de la Seconde guerre mondiales, et les causes sont les mêmes.

Q. : Pensez-vous qu'il y ait un risque de fondamentalisme ?

R. : Chaque Etat musulman risque le fondamentalisme. C'est dans la nature de l'Islam. C'est la seule religion qui invite ses fidèles à tuer les autres, les infidèles. D'après vous, à quoi peut-on s'attendre ?

Q. : Une question importante. Comment vous sentez-vous dans le rôle de criminel de guerre ?

R. : Ah ! j'attendais votre question. Je ne suis pas un criminel de guerre. Je sais que je n'ai fait que ce que je devais faire. L'accusation, selon de fortes preuves, a été portée pour complaire aux musulmans et pour prévenir la découverte de leurs atrocités. Je n'accepte pas cette qualification ! S'il y a des criminels de guerre, ce sont ceux qui ont commis un crime contre la paix, ce sont les pouvoirs politiques qui ont favorisé cette guerre. Au commencement du conflit, pendant quarante-cinq jours, nous, Serbes, n'avions même pas d'armée constituée; mais l'armée secrète musulmane, elle, existait déjà, avec ses bérets verts. L'armée régulière croate opérait normalement en Bosnie, tuant la population et jetant ses victimes dans des fosses communes à Bosanski Brod et à Kupres. L'armée yougoslave devait protéger les diverses parties contre toute attaque. Elle a essayé de faire du bon travail. Nous, Serbes de Bosnie, avons opposé une résistance formée de civils, contre des troupes armées et organisées. Lorsqu'a éclaté le conflit, en 1992, j'ai donné des instructions précises, sur le comportement que devaient adopter nos officiers et nos hommes. Je peux vous fournir les copies de mes dépêches. J'avais formellement interdit les actions de tout groupe individuel qui n'était pas sous les ordres du commandement militaire ou de la police. J'avais aussi menacé de graves sanctions quiconque ne se serait pas mis, dans les trois jours, sous une autorité militaire constituée. Tous ces ordres précis n'ont jamais été annulés et sont encore en vigueur. Ils constituent, juridiquement, des documents valables. Ils ont été officiellement publiés par les médias, dans les jours qui ont suivi leur émission. Aucun de mes officiers n'a jamais donné d'ordres qui auraient permis que se produisent des actes criminels. Notre Cour martiale a jugé 5.000 personnes accusées de crimes, et elle a prononcé 5.000 jugements pendant la guerre. Certains Serbes ont été condamnés à dix, quinze années de prison pour des actes commis contre des musulmans ou contre d'autres Serbes. Toute la documentation est disponible et peut être examinée. Pendant l'été 1992, nous avons dû recréer ex-novo toutes les structures de l'Etat, et tout ce qui était légitimement nécessaire, nous l'avons fait avec notre Parlement, dans le respect des lois. Tout le monde était sous contrôle, sauf les individus isolés qui, de leur propre volonté, se sont battus contre d'autres, comme dans le conflit précédent, et en mémoire de ce qui s'était produit pendant la Seconde guerre mondiale. Moi et mes collègues au gouvernement, sommes tous hautement professionnels, et nous ne nous serions jamais mêlés à d'aussi tragiques errements ; nous avons, de même, reconnu et refusé le fascisme des Croates et des musulmans. M. Izetbegovic, pendant la Se-conde guerre mondiale, a porté l'uniforme nazi allemand. Il existe, pour le prouver, des photos, des articles de journaux, et nous savons qu'il a été déclaré coupable par un tribunal, pour avoir fait partie d'un groupe de jeunes nazis musulmans, Handzar, dont le modèle spirituel était le mufti de Jérusalem, Muhammad Amin al-Husayni. En 1991, il a écrit une déclaration islamiste, publiée à Sarajevo, dans laquelle il souhaitait que l'Islam s'étende de l'Indonésie à l'Europe. Nous, Serbes, connaissions aussi M. Tudj-man, ses insignes d'oustachi et sa même rhétorique de la Seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, nous protégeons la démocratie du nazisme croate et l'Europe du fondamentalisme islamique qui lui pend au nez, mais nous sommes les "criminels".

Q. : Vous n'avez jamais pensé à dénoncer ceux qui attaquent votre image devant une cour internationale ?

R. : (Rire amer). Si j'avais confiance dans les institutions internationales, je leur présenterais des preuves, mais je n'ai pas confiance du tout. Personne ne peut y croire. J'ai interdit qu'on me défende, parce que ce n'est pas là une cour de justice. Ce prétendu Tribunal est une institution absurde et illégale. J'ai interdit qu'on m'y défende, si je suis arrêté. Je n'y présenterai aucune preuve, parce que je ne le reconnais pas. Vous voulez agir contre mes compatriotes ? Vous êtes les plus forts, allez-y, mais ne me demandez pas de coopérer.

Q. : Si les soldats de l'UNPROFOR ve-naient frapper à votre porte pour vous arrêter en vous accusant de crimes de guerre, comment se comporterait la Républika Srpska ?

R. : Je suis très bien protégé, non seulement par l'armée et par la police, mais aussi par la population civile. Quoi qu'il en soit, je n'entends pas traiter avec ce tribunal, parce que je ne le reconnais ni politiquement ni juridiquement. Il a été fondé sur des bases illégales par le Conseil de sécurité et non par l'Assemblée générale de l'ONU. Il n'aurait pas dû naître sur un principe discriminatoire, mais plutôt s'occuper des crimes de toutes les guerres. Des crimes des nazis et des Croates pendant la Seconde guerre mondiale, des crimes des Américains en Corée, au Vietnam et au Cambodge, de tous les conflits internationaux des cinquante dernières années. Dans ce cas, j'aurais accepté de me présenter et d'apporter les preuves à ma décharge. (D'un ton décidé) Je ne respecte pas cette institution. Comment des avocats et des juges sérieux peuvent-ils siéger dans ce tribunal et faire l'impasse sur les crimes que les Croates et les musulmans ont commis contre les Serbes ? Ils sont très précisément au courant des faits, mais ils servent la politique dictée par les Etats-Unis et leurs alliés. Ils ne méritent pas le respect ! Vous êtes la première journaliste à qui je déclare qu'il y a des preuves évidentes que je ne suis pas un criminel de guerre. Je n'ai pas le moins du monde l'intention de me défendre. Ils sont allés trop loin. Ils se gardent bien d'enquêter sur qui a vraiment commencé la guerre. Je vous rappelle que la Républika Srpska n'est pas le résultat de nos actes. On nous avait offert de constituer notre unité ethnique en Bosnie trois semaines avant que la guerre éclate. Le 18 mars, pendant la conférence de Lisbonne, nous avons accepté de signer l'accord sur une Bosnie composée de trois Etats ethniques. Le traité avait été accepté par les musulmans, par les Croates et par les Serbes. Peu après, les musulmans ont renoncé à l'accord et déclenché la guerre. Le soir du 4 avril, ici, à Sarajevo.

Q. : Mais que ferez-vous concrètement, s'ils arrivent à votre porte ?

R. : Je leur dirais : "Je ne viens pas avec vous. Vous devez me tuer ou me capturer par trahison. Et si vous y arrivez, vous n'aurez pas une parole de moi." Un jour, quelqu'un aura honte de ce tribunal. Ceci n'est certainement pas la fin de l'Histoire ni du temps, et quelqu'un, un jour, reconnaîtra l'injustice et la honte, l'insulte faite à la loi et à la culture occidentale par cette cour mise sur pied pour juger les Serbes, pas les criminels.

B. I. n° 135, septembre 2009.

Interview par J.T.Marazzani-Visconti

Photos Shone.

1 Episode clé de la guerre : le chef des musulmans de Bosnie, Alija Izetbegovic, fit délibérément tirer des obus de mortier sur un marché de civils musulmans pour en faire porter le chapeau aux Bosno-serbes, ainsi démonisés. Cet événement, exploité politiquement et médiatiquement, fournira la justification morale à l'Otan afin de déclencher l'opération Deliberate Force. Alija Izetbegovic, islamiste et fin stratège, reçu le soutien de François Mitterrand ainsi que celui de Bernard Henri Lévy...Le même procédé fut utilisé par lles terroristes de l'UCK lors de l'épisode du "massacre" de Racak où les victimes d'un combat régulier entre Forces serbes et l'UCK, furent déguisés en civils. Ainsi se justifiera le bombardement de Belgrade avec des bombes au phosphore, tuant des civils et mettant au chomâge 500 000 personnes...A quand un TPI pour juger les crimes de guerre de l'Otan ?